Page d`accueil

Mes orchidees

Par šo vietni

Mon chien

Bateaux

Inde

Contact




MON ORCHIDARIUM CHAUD

Voici, à la demande de quelques uns :), une traduction rapide et brève de la page originale lettonne. J`avais décrit, sur le Forum Orchidées.fr, le début de cette aventure mais il y a eu des "évolutions" depuis. Ici, j`ai essayé de mettre à jour les informations...

C`est mon premier orchidarium, fait en été 2010. Avant, je n`avais vu que des photos sur le Forum (merci à tous ceux qui ont partagé leur expérience !) et ailleurs sur l`Internet. Oui, je sais, cet orchidarium n`est pas parfait, j`ai commis plusieurs erreurs. Certaines ont pu être corrigées après, d`autres non : trop tard, fallait y penser dès le début... Au moins, cette expérience m`a évité de faire les mêmes fautes en construisant mon deuxième orchidarium... J`en ai fait d`autres à la place :)

Puis, à chaque nettoyage, je change quelque chose, je corrige, j`améliore... On s`ennuie pas avec un orchidarium :)

La création d`un orchidarium, c`est vraiment une aventure passionnante et instructive en même temps : on apprend plein de nouvelles choses (petits travaux d`électricien, p.ex.) et on fait le recyclage de choses apprises il y a bien (BIEN !) longtemps au lycée et bien oubliées depuis (physique, chimie, biologie etc...).



Le matos :



Et le résultat hiver 2012 (j`anticipe :)))) :



  • La cuve :

    Type terrarium, en verre, 100 cm (largeur) x 50 cm (profondeur) x 76 cm (hauteur), faite par un copain qui fabrique des aquariums.

    2 ouvertures derrière pour passer les fils et les tuyaux et qui servent aussi pour la ventilation (élimination de la chaleur).

    Portes coulissantes qui commencent à 11 cm du bas, ce qui permet d`avoir de l`eau au fond (je l`appelle "bassin" ; il facilite les arrosages et contribue à maintenir une bonne hygrométrie).



    Un couvercle en Neobond (plastique + aluminium), muni de 2 poignets pour soulever. C`est sous ce couvercle qu`est fixé l`éclairage.



    La faute principale. J`avais prévu un trou de 2 cm muni d`un tuyau (le trop-plein) à 8 cm du fond de la cuve. Une idée abandonnée à tort... Le manque de ce petit trou ne me permet pas, maintenant, de mettre en place un système d`arrosage automatisé et autonome.

  • Structure interne :

    A l`intérieur de la cuve, une construction "home-made" pour soulever les plantes au-dessus de l`eau et pour les accrocher, ainsi que pour passer et maintenir en place les tuyaux d`arrosage et les fils électriques. Le nécessaire pour le faire ? Tres simple : du grillage métallique (les restes du rouleau refilés par un ami), une pince coupante, une demi-journée de travail et plein de sparadrap pour mes mains.

    Plus un morceau de grillage plastique à maille plus fine, placé sous les pots, en bas, pour plus de stabilité.





    Neo33 l`a appelé "la cage aux orchidées" :)))))



    Derrière le grillage côté mur, j`avais placé initialement une feuille de liège aggloméré. C`était une faute. Elle se déformait et s`abîmait, en devenant rapidement dégueulasse et pleine de champignons. J`ai dû donc en changer trop souvent. Après un an et demi, j`ai décidé d`arrêter de m`enquiquiner avec le liège et l`ai remplacé par une feuille de fibre de coco. Je trouve qu`elles sont trop chères chez nous mais là, je suis tombée sur des soldes dans un grand magasin brico-jardi et hop ! Deux énormes machins ronds en fibre de coco, découpés et recousus selon les mesures de l`orchidarium, je trouve que c`est beaucoup plus joli et plus solide qu`une feuille de liège aggloméré... Sur les photos, c`est encore la version N#1 :)



  • Eclairage :

    Initialement : une ampoule Envirolite 200 W, 6400 K, avec un réflecteur brillant, placée plutôt vers un coté, permettant ainsi d`avoir une zone très claire et une autre avec moins de lumière.





    A ma grande déception, après 3 mois, l`ampoule s`est éteinte pour toujours... deux jours avant mon départ annuel pour l`Inde. Comme je n`avais installé l`ampoule que 2 mois après son achat et n`ai pu appeler le magasin (en France) qu`après mon retour (soit encore un mois et demi plus tard), j`avais dépassé, au total, les 6 mois (à compter de l`achat) garantis. Le vendeur a essayé de me remonter le moral : "Mais voyons, vous avez pu faire plusieurs récoltes, quand même !" J`ai mis du temps pour comprendre cette réplique :)))))

    Bref, n`ayant pas eu le temps de commander une nouvelle ampoule avant mon départ, j`ai fait un éclairage "provisoire" avec ce que j`ai pu trouver dans les magasins sur place, soit :
    Des néons T5, 85 cm, 21W, 8 pcs.:
    827 - 4 pcs.
    865 - 4 pcs.



    Rien n`est plus permanent que des choses provisoires :)))) Voici déjà la deuxième "génération" de mes néons :
    827 x 4
    865 x 2
    840 x 2

  • Ventilation

    3 ventilateurs d`ordinateur, Super Silent, 13.6 dB, un près de la lampe et 2 en bas, des deux côtés de l`orchidarium, avec en prime 4 LEDs bleus par ventilateur. Effet pas prévu au départ mais pas mal finalement. Marrant. Heureusement, ça clignote pas !



    Depuis, la disposition des ventilateurs a été changée plusieurs fois... Le N#1 et toujours près des lampes, en haut, et les deux autres, plus bas ; chacun sur sa paroi.

    Les ventilateurs sont connectés au secteur à l`aide de convertisseurs DC qui trainaient dans la maison depuis longtemps (heureusement que je les garde quand je jette mon électroménager cassé… ).

    Rien n`est éternel (surtout dans ces conditions hygrométriques)... J`ai dû remplacer les ventilateurs un par un. Mais bon, c`est pas très cher, ma carte bleue peut supporter l`achat de 3 ventilateurs d`ordi en un an et demi...

    J`avais rajouté encore deux ventilateurs en été, mais j`ai dû les enlever rapidement : les plantes montées séchaient à une vitesse grand V, et les arrosages plusieurs fois par jour, c`est pas mon truc... 3 ventilos, c`est déjà bien, ça bouge à l`intérieur de l`orchidarium :)

    J`ai essayé aussi de passer à 2 ventilateurs pour espacer les arrosages. Ça conservait beaucoup mieux l`humidité mais... a fait proliférer des champignons :( Le troisième ventilateur a été donc vite remis en marche :)

    2 sur 3 sont branchés sur le même minuteur que les lampes, le troisieme travaille 24/24.

    Pour que les feuilles ne s`abiment pas en glissant dans les ventilateurs, j`ai fait des protections à partir de fil métallique et de filet de polypropylène qu`on utilise pour le conditionnement de légumes dans les supermarchés.



    Cet orchidarium n`a pas d`extracteur. Déjà les deux petites ouvertures, en haut, font fuir non seulement la chaleur, mais aussi l`humidité.

  • Hygrométrie :

    Le bassin d`eau dans la partie inférieure de l`orchidarium contribue à maintenir une haute humidité d`air mais c`est loin d`être suffisant.

    J`ai donc acheté un brumisateur à ultrasons Clatronic LB 3212. Il est bien simple, fait pour la maison et, très important, il a un réservoir de 6 litres ! Cela veut dire une assez grande autonomie pour mon orchidarium. Un autre grand avantage : un prix très intéressant (env. 37 euros) par rapport à celui des brumisateurs de terrarium, p.ex.…

    L`embout du brumisateur a été remplacé par un tuyau élastique gaufré 35 mm, ce qui permet de véhiculer la brume jusqu`à l`orchidarium. Là, le tuyau le traverse en diagonale (en haut car le brouillard TOMBE) et la brume s`échappe par plusieurs trous. L`autre bout du tuyau est bouché.



    Le tuyau s`enlève et se remet en place très facilement, l`étanchéité étant assurée par un morceau de coton. Le seul défaut de ce brumisateur, c`est que, pour le remplir, on doit enlever le réservoir de sa base et le renverser.



    Au départ, j`utilisais de l`eau filtrée par Brita. La membrane du brumisateur et les parois de l`orchidarium se couvraient vite d`une couche dégueulasse de calcaire. En plus, des algues proliféraient à l`intérieur du réservoir du brumisateur, presque impossible à nettoyer : pas prévu. Depuis que j`ai un osmoseur, c`est parfait, plus de calcaire et plus d`algues.

    Les trous dans le tuyau doivent être assez grands, sinon la plupart de la brume se condense avant d`en sortir et coule des trous sous forme d`eau.



    Le brumisateur est mis en marche et arrêté par un minuteur électronique selon une formule que j`adapte à la saison. J`ai lu que certains ne brumisent que 5 minutes par heure et cela leur permet de maintenir une bonne hygrométrie. Ils ont de la chance ! Mais chaque orchidarium est différent et c`est en tâtonnant qu`on arrive à la bonne formule pour tout équilibrer : la température, la lumière, l`hygrométrie, la ventilation, les arrosages... Or, dans le cas de mon orchidarium, je brumise environ 12-14 minutes, puis une pause d`environ 15-20 minutes, puis la brumisation suivante. A mon avis, ce n`est pas un défaut : c`est très joli quand la brume remplit l`orchidarium.





    Mon autre orchidarium, le tempéré, est beaucoup plus simple. Là, les lampes sont à l`extérieur, donc pas de problèmes de chaleur, plus facile à trouver l`équilibre des paramètres. J`y utilise un minuteur mécanique et brumise 15 minutes par heure.



    Les lampes (et deux des trois ventilateurs) sont allumées 14 heures/24. Pendant la nuit, le brumisateur est éteint lui-aussi. Néanmoins, une hygrométrie assez haute se conserve jusqu`au matin car, sans lampes et avec peu de ventilation, cela ne sèche presque pas. C`est une des choses qui se sont réglées toutes seules, tout comme les écarts de température jour/nuit, grâce aux lois de la physique.

  • Température

    Chez moi, l`Envirolite 200W tout comme les néons 8x21W augmentent la température de 3-6 degrés. Cela est influencé, paraît-il, par la température dans la pièce où se trouve l`orchidarium. Vivement des LEDs assez puissants et assez bon marché !

    Au début, vu que je me trouve quand même dans une zone climatique assez froide, j`avais acheté un chauffage pour aquarium, un achat qui s`est avéré totalement inutile :)))) Par contre, si je pouvais trouver un petit appareil pas trop cher pour refroidir...

    La température et l`humidité relative sont contrôlées par un thermomètre-hygromètre.

  • Arrosage

    J`utilise l`eau osmosée et l`engrais Rain Mix d`Akerne.

    Le système d`arrosage est semi-manuel. Un réservoir d`eau+engrais est posé sur l`orchidarium, 3 tuyaux de 4 mm vont vers 3 diviseurs d`air d`aquarium avec robinets. On ouvre ces robinets une fois par jour ou tous les 2 jours, pour une petite minute chacun.






    J`ai aussi essayé ces machins (photo d`en-bas), ils coulent de partout, pas prévus pour l`eau. Poubelle...



    4-5 tuyaux de 4 mm partent de chaque diviseur vers les orchidées. Les plantes sont disposées l`une sous l`autre, chaque tuyau arrose donc 3-4 plantes simultanément. Presque toutes les autres sont en hydroculture.





    L`eau coule toute seule quand on ouvre les robinets. Un inconvénient : dans chaque diviseur, on ne peut ouvrir qu`un seul robinet à la fois, car le tuyau entrant est du même diamètre que le sortant et les bouts des tuyaux ne sont pas tous à la même hauteur. Cela rend la procédure un peu plus longue mais elle ne prend tout de même que 5-7 minutes par jour.

    Quand on regarde l`orchidarium, toute cette tuyauterie reste cachée, tout comme les lampes et les fils électriques.





    Le seul élément que je trouve inesthétique, c`est le réservoir d`eau sur l`orchidarium et les tuyaux qui en sortent. Mais bon, l`attention est attirée surtout par la lumière, et la lumière est dedans et pas au-dessus :)

    Le côté droit, vu de l`extérieur :





  • Nettoyage :

    Très vite, le bassin d`eau dans la partie inférieure de l`orchidarium a été envahi par des algues dégueulasses.



    J`ai essayé le nettoyage simple, le lavage avec du savon, des détergents de cuisine... On m`avait dit qu`il fallait y verser un peu d`acide sulfurique dilué dans l`eau. Ne l`ayant pas sous la main, j`ai pris de l`acide citrique. Quelle bêtise ! Les algues ont adoré !!!

    Puis un aquariophile m`a conseillé les escargots d`aquarium (planorbes et physes). Pas de risque pour mes plantes, il a dit que ces gastéropodes ne peuvent pas vivre en dehors de l`eau. Et c`est vrai paraît-il : depuis plus d`un an que je les ai, pas de dégâts pour mes plantounes. La population s'autorégule en fonction de la quantité de nourriture disponible (algues, feuilles mortes, fleurs fanées tombées dans l`eau). De temps en temps, j`y jette exprès une ou deux feuilles pour ces gourmands :)



    Les algues sont remplacées donc maintenant par des cacas de gastéropodes... que je trouve bien moins inesthétiques et beaucoup plus faciles à éliminer. Je fais "l`aspirateur" avec le tuyau quand j`évacue le surplus d`eau, puis je remets les escargots dans le bassin :)

    En prime on a maintenant la possibilité d`observer la vie des escargots : leurs déplacements, leur vie amoureuse, la ponte, les bébés-escargots quasi microscopiques etc. etc....

    En nettoyant l`orchidarium, chaque fois j`y mets de nouveaux tuyaux d`arrosage : ils sont pleins d`algues. Rien à faire. C`est pas très cher donc je ne stresse pas...

  • Résultat

    Les plantounes ont apprécié tout de suite. Très vite, j`ai obtenu des floraisons de plantes qui n`avaient jamais fleuri chez moi.













    Même mon chéri apprécie : l`orchidarium est un superbe objet décoratif dans le salon, surtout le soir... Et surtout pendant la saison froide qui, chez nous, dure plus de la moitié de l`année.







    En ce moment, cet orchidarium abrite 50 plantes, orchidées et quelques squatteurs fougères et autres. Plus plusieurs tillandsias. Et il y reste encore de la place pour quelques miniatures :))))))